Exploitée depuis l'inauguration de la première ligne de métro automatique de Toulouse, en 1993, les 28 rames de Val 206 arrivent à mi vie. Pour prolonger de dix ans leur durée d'exploitation (de 30 à 40 ans), elles vont toutes subir une grosse opération de rénovation qui va bien au-delà d'une simple révision technique.

Ainsi la capacité des rames et leur confort a été amélioré (de 208 à 222 places), par une implantation différentes des sièges et la suppression de certaines barres de maintien. L'accessibilité a été améliorée, par l'ajout d'un bouton de signal d'urgence, la réservation d'un emplacement pour fauteuil roulant, la suppression de deux strapontins et l'ajout de barres de maintien.


Mise au niveau des rames plus modernes

Plusieurs améliorations techniques ont été adoptées pour se rapprocher du niveau des rames de génération plus récentes qui circulent sur le réseau : nouveau pupitre de commandes plus ergonomique pour la conduite manuelle des rames, intégration d'un nouvel éclairage Led, ajout de 4 afficheurs numériques pour l'info voyageurs, allègement de 500 kg etc.

Le coût de 'opération s'élève au total à 21,5 millions d'euros. Chaque rame est immobilisée 13 semaines et l'ensemble des opérations est réalisé à l'atelier de Basso cambo et mobilise, en plus des équipes Tisséo, une vingtaine d'industriels spécialisés dans le domaine : Safra, Faively, CIR Industrie...

Actuellement le parc se compose de 26 rames de Val 206, 14 rames de Val 208 AG, 56 rames de Val 208 NG et 18 rames de Val NG2.

 
Robert Viennet