Ce nouvel accès au Mont-Saint-Michel entre dans le cadre du vaste programme de désensablement de la baie, classée au patrimoine mondial de l'Unesco.
Après la mise en service, en 2009, du barrage du Couesnon chargé de purger le site de ses sédiments, les travaux de construction d'une nouvelle digue prolongée par un pont passerelle, qui rendra au lieu son caractère maritime, ont débuté. Ils s'achèveront en 2014.

En attendant, à partir du printemps 2012, les visiteurs devront laisser leurs voitures dans un vaste parking, spécialement construit à 2,5 km du Mont, sur le continent. Ils pourront ensuite s'y rendre à pied ou bien en empruntant deux types de navettes : le Passeur et les Maringotes

Le Syndicat Mixte Baie du Mont-Saint-Michel, maître d'ouvrage de l'opération et Veolia Transdev et délégataire du service public d'accueil et de transport, organisent une opération portes ouvertes les 10 et 11 décembre pour découvrir les prototypes de ces navettes.

 
Passeur et Maringotte
 
Le passeur : il s'agit de bus spécialement conçus par la société Contrac Cobus. Long de 14,5 mètres et large de 2,70 mètres, ils ont la particularité d'être dotés de deux cabines de conduite, ce qui les rend réversibles. Une qualité indispensable car les manœuvres de demi-tour devant le Mont seront impossibles compte tenu du peu d'espace disponible.

Les maringottes sont des navettes hippomobiles. Cinq calèches de 50 places relieront le parc de stationnement à l'édifice. Elles seront tirées par deux chevaux de trait. Soit un ensemble d'une dizaine de mètres de long.
Conçu par Veolia Environnement Recherche et Innovation, le véhicule est d'une conception particulière car il devra faire demi-tour dans un espace de 8,5 mètres.
Il a nécessité l'achat d'une quarantaine de chevaux qui sont hébergés le soir dans une ferme à 4 km du centre d'exploitation. La formation des cochers a déjà débuté.

En 2014 ces moyens de transport subsisteront mais emprunteront la nouvelle digue-passerelle de la "Perle de l'Occident".


Robert Viennet