"Il faut qu'il ait l'air solide et lourd ..." Pour les designers d'Alstom, la consigne donnée par les responsables des transports publics d'Amsterdam était simple. Pas de fioritures comme dans les pays latins, mais de l'efficace et du pratique.
Résultat, des rames aux formes carrées, grises et noires métallisé, ponctuées par le rouge Bordeaux des portes. Même sobriété à l'intérieur, où les 174 sièges, tous installés en position longitudinale, libèrent un vaste espace ce qui permet à ces rames de 6 voitures et de 116 mètres de long, d'accueillir 1 360 passagers maximum.


Une commande 200 millions d'euros

Visiblement, les représentants de la municipalité d'Amsterdam et de l'opérateur du réseau GVB sont satisfaits du résultat. Moins de deux ans après avoir passé commande à Alstom de 23 rames de métro, pour un montant d'environ 200 millions d'euros et une option pour 12 supplémentaires, ils ont pu rouler à bord le 24 novembre sur la piste d'essai d'Alstom de Petite Forêt, près de Valenciennes.
Il s'agit d'une évolution de la gamme "Métropolis", née en 1997 et déjà vendue à plus de 4 000 exemplaires dans le monde.

Simples sur le plan esthétique, les exigences des Néeerlandais étaient beaucoup plus complexes sur le plan technique. Par exemple, pour éviter de s'enfoncer dans le sous-sol marécageux de la capitale des Pays-Bas, les ingénieurs d'Alstom ont allégé les rames au maximum.
Résultat, une charge de 12 tonnes à l'essieu obtenue notamment grâce à l'utilisation d'aluminium : "Construire un métro avec cette contrainte est un défi sans précédent", a souligné Hans Blaaw, responsable commercial d'Alstom transport Pays- Bas.

Autre contrainte dictée par la taille de nos voisins bataves, la hauteur sous plafond record 2,30 mètres contre 2,10 mètres habituellement, et l'intercirculation entre les voitures. Enfin, les rames sont entièrement éclairées par des LED, et leur niveau d'insonorisation a été particulièrement soigné à 71 décibels contre 78 à 80 db habituellement. Les premières livraisons auront lieu au printemps 2012.


Un marché mondial prometteur

Pour Alstom, l'enjeu est important. Il s'agit de conforter sa place de numéro 1 mondial parmi les constructeurs de métros. Une place qu'il occupe depuis cinq ans avec 16% d'un marché évalué à 5,5 milliards d'euros dont 3,9 milliards en matériel roulant.
Optimiste, l'industriel français s'attend à une croissance annuelle de 2,2% par an dans les dix prochaines années grâce aux projets d'investissements dans le monde et au renouvellement des matériels existants. Sur les 70 0000 rames de la flotte mondiale, une sur cinq dure plus de 30 ans.

Les marchés les plus prometteurs sont l'Asie, l'Amérique du Nord et l'Amérique latine. A elle seule, l'Asie devrait représenter 45% du marché pour la période 2010 2016.

Robert Viennet